Partager sur

C'est la rentrée avec Gp89


Publié le 06 septembre 2020

La fin de la hausse des prix

La pandémie de coronavirus a mis un terme à la hausse des prix de l'immobilier qui durait depuis plusieurs années, selon le site d'estimation Meilleursagents. S'ils continuent d'augmenter légèrement dans certaines villes (Paris, Lille, Rennes), les prix stagnent ailleurs, voire sont en baisse (Montpellier, Nice). Selon l'étude, le rapport entre offre et demande tend à s'équilibrer, après des années de marché ultra tendu où la demande était nettement supérieure à l'offre dans les grandes villes. Une tendance qui pourrait durer.

Les conditions d'accès au crédit immobilier se durcissent

Après une hausse au premier semestre, les taux de crédit ont légèrement baissé en juillet et en août, alors même que le volume de prêts accordés s'est fortement réduit. Dans le même temps, les banques poursuivent le mouvement entamé fin 2019, et se montrent de plus en plus sélectives pour accorder le fameux sésame.

Le nombre de locations explose

+ 64 % à Paris, + 25 % sur toute la France, le nombre d'annonces de location a grimpé en flèche cet été. À la suite du confinement, beaucoup de locataires rendent seulement maintenant leur appartement. Et dans les destinations touristiques, les locations touristiques de courte durée sont en chute libre, poussant les bailleurs à passer à la location de longue durée. Cette hausse de l'offre ne joue cependant pas sur les loyers, car la demande est elle aussi en hausse.

2 milliards d'euros pour la rénovation énergétique des logements

C'est ce que contient le plan de relance présenté jeudi par le premier ministre. Cette aide sera concentrée sur le dispositif MaPrimeRénov, qui va être étendu à tous les ménages (sans plafond de ressources), aux propriétaires bailleurs et aux co-propriétés, et ciblera les rénovations globales. Un ménage de la classe moyenne pourrait ainsi toucher une aide de 20 000 €.

Nous suivre

Se connecter

Adhérents

Nos agences en Ile-de-France